30 bougies pour RECOS machines

Dernières Nouvelles d'Alsace Extrait des Dernières Nouvelles d'Alsace, daté du Lundi 23 Juin 2016

"Après avoir fêté sa 1000 ème livraison en 2013, l'entreprise Recos Machines installée dans la zone d'activités de Schweighouse-sur-Moder vient de souffler 30 bougies. La PME qui emploie 25 personnes est spécialisée dans la reconstruction, la révision et la vente de machines-outils d'occasion Trumpf.

Atelier RECOS machines

Cela fait trente ans que Recos Machines exerce son activité en Alsace du Nord. Une belle longévité pour la PME spécialisée dans la reconstruction, la révision et la vente de machines-outils d'occasion Trumpf.

Ses premières années d'existence, Recos les a vécues dans le giron du leader mondial de la machine-outil dont elle était une filiale. « Trumpf souhaitait que ses machines d'occasion aient la même image de qualité que les neuves. Or à l'époque, ces produits d'occasion étaient revendus par des marchands, sans être révisés ou contrôlés : c'est pour cette raison que la filiale Trumpf Recos a été créée à l'époque », explique le président de Recos Claude Weiss.

Au bout de dix ans, Trumpf décide de vendre sa filiale au groupe allemand Broziat. Trumpf Recos devient Recos Machines. Mais les liens ne sont pas pour autant coupés. Au contraire, ils subsistent. Bien qu'indépendante juridiquement, la société continue de réviser et de vendre des machines-outils estampillées Trumpf.

[...] Ce n'est pas le seul avantage du partenariat : Recos peut également s'appuyer sur son réseau commercial et utiliser ses pièces de rechange. [...]

[...] Chaque année, ses ateliers de la zone d'activité de Schweighouse-sur-Moder voient passer une cinquantaine de machines, [...] revendues à 50 % du prix du neuf. « Nous offrons un service clef en main, détaille Claude Weiss. Nous contrôlons et reconstruisons chaque machine avant de nous occuper de sa mise en service et de son installation sur place, en dehors du grutage qui reste à la charge de l'acquéreur. Nous assurons aussi la formation des techniciens et le service après-vente. [...] Elle réalise un chiffre d'affaires moyen de 11 millions d'euros.

Le président compte passer les rênes à son fils.

[...] Recos a fait l'acquisition du fonds de commerce de la société Machine Outil Service, située à Burnhaupt-le-Bas dans le Haut-Rhin, ajoutant trois salariés à son effectif.[...] "

Jean-Marc Jankowski.

© Dna, photo et article, Jeudi 23 Juin 2016


 

Trente ans de développement réussi

Tôlerie Magazine Extrait de Tôlerie Magazine, daté de Mai 2016

Le 1er avril dernier, la société Recos Machines a convié ses plus proches clients, ses partenaires et ses fournisseurs afin de célébrer dignement son trentième anniversaire. L’occasion pour nous d’interviewer Claude Weiss, Président de l’entreprise, afin de faire le point sur le bilan de ces trois décennies et sur sa vision du futur.

Tôlerie Magazine : Comment vous est venue l’idée de cette entreprise il y a 30 ans ?

Claude Weiss : C’est de la volonté du fondateur du Groupe Trumpf, le Professeur Berthold Leibinger, que la société Trumpf Recos (aujourd’hui Recos Machines) a été créée. Son objectif était de maîtriser l’image de la qualité des machines de sa marque, y compris pour celles d’occasion. En effet, alors que la notoriété des machines Trumpf prenait de l’ampleur dans les années 80, le commerce de ces équipements sur le marché de l’occasion, pratiqué par des marchands de machines-outils ou de client à client, ne garantissait pas leur qualité du fait de mauvais démontages, d’absences de révisions... Il existait en outre une autre raison à la création de cette filiale : apporter une solution commerciale au constructeur dont le principe était « quelle que soit la machine vendue, il faut que ce soit une Trumpf ».

TM : Quelles sont les grandes étapes qui ont jalonné ces trois décennies de développement ?

CW : Tout a commencé en avril 1986 avec la création de Trumpf Recos (Recos signifiant reconstruction). Janvier 1995 marque ensuite un second jalon important. En effet, suite à la crise de 1992-93, le groupe Trumpf a décidé de trouver un acquéreur pour Trumpf Recos et a choisi pour cela le groupe Broziat. À cette occasion, la société a changé de nom pour devenir Recos Machines, en conservant le droit d’utiliser le logo du fondateur. L’entreprise est alors placée sous la férule de Henri Stark, ancien Directeur Technique de Trumpf France, qui en devient le premier gérant. Le changement suivant intervient en août 1998, lorsque je reprends la gérance en raison du départ en retraite de Henri Stark. Un autre fait marquant est daté d’avril 2004, lorsque Trumpf Allemagne met en place la certification de ses partenaires en reconditionnement de machines d’occasion et que nous l’obtenons. Nous avons également vécu deux étapes financières importantes lorsque le groupe Broziat, propriétaire de Recos Machines, a cédé 10% des actions au profit de ma famille en 2008, suivi six ans plus tard d’une nouvelle cession de l’ordre de 70% cette fois. Deux opérations qui ont essentiellement pour vocation de pérenniser l’entreprise. Un dernier événement va dans ce sens, il s’agit de l’entrée de mon fils Yannick dans la société afin qu’il intègre la direction d’ici deux ou trois ans.

TM : Qui sont les hommes et les femmes qui font Recos Machines aujourd’hui ?

CW : La société est aujourd’hui composée de vint-trois salariés, en comptant son président et mon adjoint de direction Michel Magar. La partie purement administrative se limite à deux employés qui assurent l’ensemble de la gestion des dossiers. C’est du côté technique que se trouve le maximum de personnel avec quinze techniciens, dont quatre sont totalement itinérants, les autres étant sédentaires ou itinérants, en fonction des besoins. Cette équipe est encadrée par un chef d’atelier et assistée par un responsable logiciel de programmation. S’ajoutent à ce dispositif deux responsables service après-vente.

TM : Que représente Recos Machines aujourd’hui en termes d’offre et de marché ?

CW : Nous offrons depuis maintenant trente ans une alternative qualitative autant que quantitative aux clients qui souhaitent acquérir une ou plusieurs machines Trumpf, et qui n’ont pas forcément les moyens ou la volonté d’acheter du neuf. Nous leur proposons l’ensemble des modèles que le constructeur allemand propose en neuf, à savoir des poinçonneuses-grignoteuses, des combinés poinçonnage-découpe laser, des tables de découpe laser et des machines à découper les tubes, des presses-plieuses, sans oublier les machines 5 axes de découpe et de soudage laser. Il s’agit à 95% de machines révisées dans nos ateliers selon les normes du constructeur, et sur lesquelles nous remontons des pièces de rechange d’origine. Les 5% restants correspondent à des équipements très récents ayant très peu d’heures de fonctionnement, et qui sont alors vendues directement d’un client à l’autre, sans passer par notre atelier. Côté marché, Recos Machines a vendu et installé à ce jour plus de 1.130 machines, ce qui représente entre 45 et 55 machines révisées annuellement au cours des dix dernières années. En termes de chiffre d’affaires, c’est une moyenne de 10.800.000 € par an, ce qui donne un ratio de 470.000 € par employé. Quant aux trois autres sites de révision du Groupe Broziat, ils ont vendu plus de 2.080 machines.

TM : Quels sont les services et prestations que vous proposez à vos clients ?

CW : Notre offre est complète. Elle se compose de deux parties principales, l’une liée au rachat d’anciennes machines, l’autre à la vente de machines révisées. En ce qui concerne la première activité, elle comprend l’inspection de la machine, son démontage et son transport jusqu’à nos ateliers. Quant à la prestation de vente, elle commence par une opération d’assistance et de conseil avant l’implantation de la machine. S’ensuivent la révision, le transport, la mise en route et la formation à son utilisation. Concernant cette dernière, elle intègre le déploiement du logiciel de programmation de la machine ainsi que la formation des utilisateurs à cet outil. Enfin, et ce n’est pas le moins important, nous assurons également le service après-vente des équipements que nous vendons. En parallèle, nous sommes à même de proposer des solutions de financement, en nous appuyant sur des partenaires financiers. Nous proposons ces prestations sur de nombreux secteurs géographiques, au-delà des frontières de la France. Nous sommes en effet actifs dans les lands allemands limitrophes à la grande région Est, au Benelux, ainsi qu’en Bulgarie et Roumanie pour l’Europe. Nous sommes également présents sur la zone Maghreb et Afrique, ainsi qu’en Égypte et au Liban.

TM : En attendant le quarantième anniversaire, quelles sont les actions stratégiques que vous envisagez de mettre en place pour les dix prochaines années ?

CW : Plusieurs actions stratégiques sont en cours d’élaboration et parmi elles, assurer la formation continue de nos techniciens et de nos administratifs est tout aussi important que l’embauche de nouveaux techniciens afin d’assurer et développer notre SAV. Pour cela, nous misons sur la formation, en embauchant tous les deux ans un jeune diplômé d’un BTS préparé en alternance. Ceci nous permettra d’avoir une relève, et d’équilibrer la pyramide des âges au sein de l’entreprise. Un autre axe de cette stratégie consiste à procéder à l’intégration de mon fils Yannick dans la société, afin qu’il soit à même de prendre la direction le moment venu. Nous continuerons en outre à consolider le partenariat entre Trumpf et Recos Machines qui est la clé de voute de notre activité et de la position particulière que nous occupons sur le marché de la machine d’occasion.

© Tôlerie Magazine, photo et article, Mai 2016


 

RECOS machines certifié conforme

Tôlerie Magazine Extrait de Tôlerie Magazine, daté de Septembre 2013

Recos Machines, spécialiste de la révision de machines-outils, est depuis plus de 25 ans partenaire certifié par le constructeur Trumpf pour le reconditionnement de ses machines.

Aujourd’hui, Recos Machines reconditionne en France, selon les normes du constructeur, près de 60 machines par an tous types confondus. Fruit de ce partenariat de longue date, cette année Recos Machines a livré sa 1000 ème machine.

Il s’agissait d’une table laser TruLaser 5030 en 6 kW.

Les origines

La société, qui à l’origine s’appelait Trumpf Recos (pour reconstruction) a été fondée en avril 1986 par Trumpf, à la demande de son dirigeant de l’époque Prof Dr-Ing E. h. Berthold Leibinger, et ce afin de répondre à un besoin induit par le marché de la machine d’occasion. Ce dernier est parti du constat que le négoce de machines d’occasion pouvait ternir l’image de marque du constructeur, en raison du manque de compétences de certains acteurs. En effet, des acheteurs pouvaient voir arriver en leurs ateliers une machine d’occasion ne fonctionnant plus, du fait d’un mauvais démontage, de pièces défectueuses, d’un problème de transport ou tout autre avatar du même ordre.

Trumpf Recos était à ses débuts une filiale de Trumpf et avait comme objectif premier de remédier à cette situation. Le fait de créer une filiale directement rattachée à la maison mère était l’assurance que la remise à niveau des machines serait faite sans concessions, selon les normes du constructeur, et avec des pièces d’origine. Tout le monde avait à y gagner. En premier lieu Trumpf qui pérennisait son image de marque même avec les machines d’occasion, Trumpf Recos qui bénéficiait du soutien du constructeur et enfin, bien sûr, les clients qui pouvaient avoir confiance dans le matériel qu’on leur proposait.

En 1995, Trumpf Recos est sorti du giron de Trumpf pour devenir Recos Machines et intégrer le groupe Broziat.

Recos machines

Aujourd’hui, sur les 6 partenaires certifiés par Trumpf en Europe, le groupe Broziat en compte pas moins de 3 et révise environ 160 machines d’occasion par an. Au sein de ce groupe, Recos Machines qui affiche plus de 25 ans d’expérience dans le domaine, révise pour sa part près de 60 machines par an, tous modèles confondus (presses-plieuses, poinçonneuses-grignoteuses, combinés, tables laser 2D, 3D, découpe de tube au laser, et bien entendu tous les périphériques d’automatisation).

Pour ce faire, il doit chaque année réobtenir sa certification Trumpf. En effet, tous les ans, le constructeur procède à un audit de ses partenaires certifiés, et leur applique les mêmes normes que celles fixées dans ses usines, toutefois légèrement adaptées aux spécificités des machines d’occasion, incitant ainsi ses partenaires à se maintenir à niveau. Il faut dire que les équipements sont révisés selon les normes constructeur et sont tous soumis à la réalisation d’une pièce étalon garantissant que les machines révisées assurent une tolérance de fabrication égale aux machines neuves.

Toutes les machines révisées par Recos Machines le sont dans ses locaux situés près de Haguenau. Recos Machines dispose pour cela de 2.300 m2 d’atelier et de surface de stockage, au sein desquels les 16 techniciens de la société (tous formés par Trumpf) assurent les révisions et le suivi des machines, uniquement avec des pièces d’origine constructeur.

Une prestation garantie et suivie

Au-delà du sérieux de la démarche de remise à niveau des équipements fournis par Recos Machines, c’est une prestation globale qui est proposée au client. L’offre Recos Machines porte sur une large gamme de machines de découpe laser, de poinçonneuses-grignoteuses, de machines combinées, de presses-plieuses, et depuis peu de machines de découpe de tubes au laser. De surcroît, il convient d’ajouter à cette liste les périphériques et automatismes de chargement et de déchargement proposés par Trumpf.

Dans tous les cas, Recos Machines assure l’ensemble des opérations, depuis la reprise chez le vendeur jusqu’à la mise en œuvre chez le nouveau propriétaire de la machine. Il faut préciser que les prestations sont assorties d’une garantie allant de 3 à 6 mois selon les équipements. Ainsi, à chaque fois, c’est une machine révisée avec des pièces d’origine constructeur et prête à assumer une nouvelle carrière qui est proposée au client. Dans cet esprit, les techniciens Recos Machines, formés par Trumpf et habilités à intervenir sur les machines, assurent le service après-vente des équipements commercialisés.

Signalons que le niveau de formation des techniciens est tel, que les partenaires certifiés et le constructeur peuvent se “sous-traiter le SAV”. Pour ce faire, un logiciel commun permet de piloter les techniciens et les interventions, tant sur les machines d’occasion que sur des machines neuves.

Le rôle de Recos Machines va même au-delà de la mise en route et concerne également la formation des utilisateurs, y compris sur les logiciels de programmation. En effet, Recos Machines est agréé par Trumpf pour ce type de prestation et dispose d’une salle dédiée dans ses locaux.

La 1.000ème machine !

Au début de l’été, Recos Machines a livré sa 1.000 ème machine. Il s’agissait d’une table laser TruLaser 5030 en 6 kW de dernière génération utilisant une seule tête de découpe pour couvrir toutes les plages d’épaisseur à usiner.

Cette machine à moteurs linéaires a été entièrement révisée, et toutes les pièces d’usure ont été systématiquement changées comme par exemple les soufflets d’axes. Concernant le cœur de la machine, à savoir la source et le chemin optique externe, les tubes quartz, les miroirs de renvoi, le système de refroidissement, etc..., sont changés ou révisés selon les besoins. Le changeur de palettes a été entièrement démonté et révisé, tout comme l’aspiration et le refroidisseur. Si les pignons d’entraînement ont du jeu, ils sont changés.

Sur cette machine de dernière génération, il n’était pas nécessaire d’upgrader la CN, mais il est à souligner que lorsque cela s’avère nécessaire et afin de disposer des fonctionnalités les plus évoluées proposées par le constructeur, Recos Machines est à même de faire évoluer la CN vers la dernière version.

© Tôlerie Magazine, photo et article, Septembre 2013


 

1000ème machine vendue !

TruLaser 5030
Dernières Nouvelles d'Alsace
Article des Dernières Nouvelles d'Alsace, daté du Mercedi 28 Août 2013

Recos machines a livré récemment sa 1000ème machine-outil, une table laser, dans le département du Rhône. Une fierté pour la petite entreprise de Schweighouse-sur-Moder spécialisée dans la révision et la vente de machines outils d’occasion Trumpf, tables de découpe au laser, poinçonneuse-grignoteuse, machines combinées en poinçonnage-laser et autres presses-plieuses. L’ancienne filiale du géant allemand vole de ses propres ailes depuis 1995 au sein du groupe Broziat qui possède quatre unités de production en Europe. Malgré cette indépendance juridique, son existence a continué à être étroitement liée à Trumpf.

Soixante machines par an

« Nous sommes un partenaire privilégié et certifié par Trumpf, précise le directeur de Recos machines Schweighouse Claude Weiss. Nous sommes contrôlés et audités tous les ans afin d’obtenir cette certification. Cela nous oblige à nous améliorer sans cesse. Nous avons des obligations mais nous avons aussi la chance de bénéficier de l’image de marque de Trumpf. C’est un avantage non négligeable. »

Aujourd’hui, soixante machines d’occasion sortent des ateliers de Schweighouse-sur-Moder chaque année. Lorsque Trumpf place une nouvelle machine-outil, Recos n’est jamais très loin, en embuscade, pour récupérer celle qui est remplacée. L’entreprise achète l’appareil d’occasion en fonction de son état et de son potentiel de revente. Celui-ci passe alors par son unité de production où il est soigneusement démonté, nettoyé, repeint et révisé. Une révision qui va jusqu’au remplacement complet des éléments défectueux et des pièces d’usure, le tout avec des pièces d’origine Trumpf. La machine est testée puis part chez le client.

680 000 euros pour étendre ses locaux

Recos machine vend 70 % de sa « production » en France et livre le restant entre l’Irlande, les pays du Benelux, la Bulgarie, la Roumanie, le Maroc, la Tunisie et l’Algérie. « Dans les pays où notre partenaire est implanté, c’est lui qui assure le contact commercial, souligne Claude Weiss. Nos clients sont généralement de petites sociétés qui se lancent. Mais parfois nous avons aussi de grands groupes qui font appel à nos services. Notre domaine, c’est tout ce qui touche à la tôle que nos machines poinçonnent, plient, découpent… » Les techniciens de Recos machines assurent la mise en route du matériel sur place et la formation des personnels, sans oublier le service après vente. L’entreprise schweighousienne propose également des solutions en matière de logiciel de programmation. Elle dispose d’ailleurs depuis 2012 d’une salle de formation adaptée dans de nouveaux locaux. Recos a injecté 680 000 euros pour aménager une extension dans la zone d’activités du Ried. Sa surface de « révision » a grandi de 650 m² dans cette opération.

À l’instar de Trumpf, Recos a essuyé les turbulences de la crise en 2008 et 2009, son chiffre d’affaires chutant de 40 %, mais elle a su redresser la barre depuis. Tant et si bien que l’entreprise envisage d’embaucher deux personnes sous peu — un chef d’atelier et un technicien —, et peut être deux supplémentaires dans les mois à venir pour la hotline de son service après-vente.

Jean-Marc Jankowski.

© Article Dna, Mercredi 28 Août 2013


 

RECOS machines 20 ans de savoir-faire

Tôlerie Magazine Extrait de Tôlerie Magazine, daté de Mai 2006

Les 31 mars et 1er avril derniers, la société Recos machines installée à Schweighouse-sur-Moder dans le Bas Rhin, a célébré avec ses partenaires et quelques-uns de ses clients, le vingtième anniversaire de son activité de remise à niveau de machines d’occasion Trumpf. Cet événement est l’occasion pour nous de préciser l’offre de Recos machines.

Répondre à un besoin de sérieux

« Il y a 20 ans, c’est à la demande de Berthold Leibinger qui n’était pas encore président de Trumpf Gmbh que nous avons fondé Trumpf Recos, à l’époque filiale de Trumpf », explique Henri Stark premier directeur de l’entreprise aujourd’hui en retraite, mais qui ne pouvais faire moins que d’être présent pour l’événement. C’est d’ailleurs avec une joie affichée qu’il a rappelé quelques anecdotes qui ont ponctué la vie de l’entreprise, tout en rappelant l’objectif premier de la création : « à cette époque, poursuit-il, les machines Trumpf étaient déjà réputées, mais le négoce de machines d’occasion ternissait l’image de marque du constructeur du fait du manque de compétences de certains acteurs. Ainsi, des acheteurs pouvaient voir arriver en leurs ateliers une machine ne fonctionnant plus, du fait d’un mauvais démontage, d’un problème de transport ou tout autre avatar du même ordre. La vocation de Trumpf Recos était de remédier à cette situation grâce à un partenariat renforcé avec le constructeur ». Le chemin parcouru au cours de deux décennies d’activité est incontestablement une preuve de réussite. En outre, les données présentées par Claude Weiss, actuel dirigeant de l’entreprise au cours de son allocution ne peuvent que renforcer ce sentiment. En effet, au-delà des traditionnels remerciements de circonstance, il a présenté un bilan de l’activité et déclaré : « aujourd’hui Recos machines remet à niveau autour de 45 machines par an toutes technologies confondues et affiche 625 équipements remis à neuf depuis sa création ». Pour finir avec ce rapide historique il faut préciser qu’en 1994, la société Trumpf Recos a été revendue au groupe Broziat qui possède un réseau mondial pour la vente de machines d’occasion Trumpf et pas moins de 5 filiales en Europe. C’est à ce moment que Trumpf Recos a changé de raison sociale pour devenir Recos machines. Il est à noter que le changement de statut de Recos machines n’a en rien changé la qualité du partenariat qu’il entretient avec Trumpf.

La préparation à une seconde vie

Les locaux dont dispose Recos machines depuis janvier 2002 pour réaliser les opérations de remise en état des machines qu’il acquière, sont constitués de 1650 m² de bâtiments couverts, qui lui permettent également de procéder au stockage des équipements révisés. Sur un effectif total de 20 personnes, 13 collaborateurs sont des techniciens spécialisés et formés par Trumpf à la maintenance de ses équipements. « Notre activité demande la connaissance des évolutions technologiques apportées par le constructeur, explique Clause Weiss, car les matériels que nous rachetons ont entre 2 et 10 ans de mise en service. Bien sûr, les équipements de nouvelle génération ayant encore peu travaillé au regard de leur capacité, ne demandent de notre part que des interventions de maintenance courante et une remise à neuf de la peinture. Par contre, les machines plus anciennes font l’objet d’un démontage complet ». Au cours de la dépose, chaque élément de la machine fait l’objet d’une analyse de son état. En fonction de celui-ci, la décision est prise concernant sa remise en état ou son remplacement. « En ce qui concerne les opérations de mécanique courante, elles sont réalisées sur place par nos techniciens, précise Claude Weiss. En revanche, lorsque nous constatons qu’un tête de poinçonnage présente du jeu, nous précédons à sa dépose, puis nous l’envoyons chez Trumpf qui se charge de sa remise en état. Cette procédure est d’ailleurs valable aussi bien pour les têtes mécaniques des machines de type 180 R que pour les têtes hydrauliques sur la récente TC 5000 R. Au sujet des machines de découpe laser notre approche n’est pas très différente. En effet, nous procédons systématiquement au démontage de la source que nous envoyons là encore chez le constructeur à Ditzingen. Au-delà de l’usure même des pièces de la source, il s’agit de pouvoir proposer à nos clients une machine au goût du jour et à ce titre dotée des dernières évolutions que la technologie a connues au cours des années correspondant à sa première période d’utilisation ». À titre d’information, le cycle de remise en état d’une poinçonneuse-grignoteuse oscille entre 2 et 4 semaines alors que la révision d’une table de découpe laser demande pour sa part de 8 à 10 semaines suivant les équipements périphériques qu’elle comporte.

Une prestation garantie et suivie

Au-delà du sérieux de la démarche de remise à niveau des équipements proposés par Recos machines, c’est une prestation globale qui est proposés au client. « Bien que fonction du marché de l’occasion, raconte Claude Weiss, notre offre porte sur une large gamme de machines de découpe laser,de poinçonneuses-grignoteuse, de machines combinées et de presses-plieuses. Il y a lieu d’ajouter à cette liste les périphériques de chargement et de déchargement proposés par Trumpf. Dans tous les cas, nous assurons l’ensemble des opérations depuis l’enlèvement chez le vendeur jusqu’à la mise en œuvre chez le nouveau propriétaire de la machine. Notre va même au-delà de la mise en route et concerne également la formation des utilisateurs. Nous sommes en effet agréés par Trumpf pour ce type de prestation. Dans le même esprit, nous assurons le service après-vente des équipements que nous commercialisons. Il faut préciser que nos prestations sont assorties d’une garantie allant de 3 à 6 mois selon les équipements. Ainsi, c’est à chaque fois une machine prête à assumer une nouvelle carrière que nous proposons à nos clients pour un prix qui se situe entre 40 et 60 % de ce que représente l’investissement d’un matériel neuf de même modèle ».

© Tôlerie Magazine, photo et article, Mai 2006

Discours du Président Claude WEISS
Cadeau du groupe Broziat Buffet 30 ans RECOS
Apéritif 30 ans RECOS Invités 30 ans RECOS